search instagram arrow-down

Abonnez-vous gratuitement

Chaque jeudi vous recevrez notre lettre d'info avec les derniers articles mis en ligne.

Suivez-nous

Contact rédaction

Tél: 07 69 80 97 95

Courriel: ingapmag@gmail.com

 

Abonnez-vous gratuitement

Chaque lundi vous recevrez la lettre d'info avec les derniers articles.

Contact rédaction

0769809795

Suivez-nous

Mentions légales

Archives

sdr

Par Julien ROYER

Attention danger, dans cet article on va parler pavés!! Pourquoi pavés ? ça va pas? Vous voulez refaire un nouveau mai 68? Non on ne va pas parler de pavés dans la gueule, ni de pavé dans la mare mais plutôt pavés du nord! Pourquoi ? qu’ont-ils de plus ceux du nord? Demandez à tous les cyclistes qui les empruntent chaque année! Eh oui ! on va parler cyclisme et plus précisément d’une des plus grandes classique de la saison, Paris Roubaix! Elle devait avoir lieu le 12 avril mais est reportée pour cause d’épidémie de covid-19.  

«Forçat de la route.» Albert Londres

C’est quoi Paris Roubaix?

Paris Roubaix est une course cycliste de plus 250 kilomètres à laquelle on ajoute de multiples secteurs pavés en l’occurrence 30 pour l’édition 2020, cela fait en tout 55 kilomètres de pavés à parcourir. Quand on parle des pavés de Roubaix ce ne sont pas les petits de la rue Carnot à Gap, c’est du bon gros pavé. Quand on passe dessus à vélo vos bras, vos fesses et vos vertèbres s’en souviennent pendant un moment!

Imaginez-vous sur ses pavés à vélo avec 180 autres fous furieux de la bicyclette qui font la course avec vous ou plutôt contre vous! Vous rajoutez par-dessus de la pluie et de la boue, vous vous retrouvez dans un véritable enfer!

Son surnom «  l’Enfer du nord » n’est pas lié à la difficulté de la course mais à l’image d’un reporter du journal organisateur (Le Vélo), qui visita la région juste après la première guerre mondiale, il n’y trouva que ruines et désolation… 

«Cette course, c’est une hérésie, ce n’est pas du cyclisme.» Bernard Hinault 

Bernard Hinault

Histoire de Paris Roubaix en quelques dates clefs     

1896- Après l’ouverture du nouveau vélodrome de Roubaix, Théodore Vienne créait Paris Roubaix. La première édition compte 280 kilomètres de course. Au départ de la course on compte 55 engagés dont 45 cyclistes professionnels. Au bout de 09 heures 17 minutes de course c’est l’Allemand Joseph Fisher qu’il l’emporte.

1899- Première victoire d’un coureur Français Albert Champion sur un parcours de 268 kilomètres. Sur cette édition 32 coureurs sont engagés et seulement 16 regagneront l’arrivée.  

1911- Le coureur Français Octave Lapize et le premier à réalisé un triplé sur l’épreuve. Il gagne 3 fois d’affilés en 1909, 1910 et 1911. Parti au front durant la grande guerre il est décédé le 14 juillet 1917 dans « l’enfer du nord » celui de la guerre.

Octave Lapize

1919- Après 4 ans d’interruption durant la grande guerre, Paris Roubaix fait son retour et c’est un Français qu’il l’emporte Henri Pélissier au bout de 280 kilomètres d’efforts. Il déclara après la course : «Ce n’est plus une course mais un pèlerinage». L’arrivée ne se fait plus sur le vélodrome de Roubaix, détruit pendant la guerre mais sur l’avenue de Jussieu.

Henri Pelissier

1935 à 1939 et 1946- Une version ouvrière de la course est créée en 1935, le « Paris Roubaix travailliste». Suite à un certain mépris ou ignorance de la part de l’organisation de Paris Roubaix envers les travailleurs du nord, Jean Lebas maire de Roubaix à l’époque décide en 1935 de créée l’épreuve travailliste avec l’aide de la fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) et de la section française de l’internationale ouvrière. Cette épreuve perdurera jusqu’en 1939 et fait un bref retour en 1946. A noter qu’en 1936 le Paris Roubaix travailliste emprunte pour la première fois le nouveau vélodrome de Roubaix qui a été détruit lors de la grande guerre.       

Les maillots rouges du Paris-Roubaix des travaillistes (source Libération)

1943- La victoire de l’aigle noir! Après une année d’interruption de la course en 1940 et un raccourcissement du parcours avec une arrivée à Reims durant les 2 années suivantes, l’épreuve à de nouveau lieu en 1943 sur le parcours originel. C’est le Belge Marcel Kint dit « l’Aigle Noir » qui l’emporte après 250 kilomètres de course. Il garde un souvenir très précis de cette victoire : «Après l’arrivée, je ne me suis pas attardé. Je suis rentré chez moi, en vélo comme d’habitude, mais sans mon bouquet que j’avais laissé à Roubaix. Non loin de chez moi, un de mes supporters me croisa et me demanda ce que je faisais là. Je lui ai répondu que je venais de gagner Paris-Roubaix. Il a éclaté de rire et ne m’a pas cru. Mes proches non plus d’ailleurs. Ils ne se sont rendus à l’évidence que le lendemain en lisant le journal.»  

Marcel Kint dit « l’aigle noir »

1966- Changement de tracé, la course ne part plus de Paris mais de Chantilly dans l’Oise dorénavant.     

1968- Apparition de la trouée d’Arenberg, la «Drève des Boules d’Hérin» de son vrai nom. Suite à une baisse constante des secteurs pavés depuis quelques années, plus que 22 en 1965 et à une course qui perd son sens, Jean Stablinski sauve Paris Roubaix en découvrant la tranchée Wallers-Arenberg! Elle est intégrée dans le parcours et redonne toute ses lettres de noblesse à la course.

Trouée d’Aremberg

1977- Paris Roubaix part désormais de Compiègne dans l’Oise. Suite à la construction de l’autoroute Lille-Valencienne le secteur pavé situé entre Templeuve et Bachy est supprimé, long d’une dizaine de kilomètres et vallonnée il était d’une difficulté inouïe, il est remplacé par le secteur du carrefour de l’arbre long de 2100 mètres. Cette année la on rentre dans l’histoire avec la 4éme victoire sur Paris Roubaix du Belge Roger de Vlaeminck!   

Roger de Vlaeminck

1989- Création de la Coupe du monde de Cyclisme sur route, ce qui a pour effet de segmenter les courses dites d’un jour et les courses par étapes. Durant cette période aucun vainqueur Tour de France ne participera à Paris Roubaix.

Le coureur inconnu !

1997- Dernière Victoire Française sur Paris Roubaix avec Frédéric Guesdon qui l’emporte au sprint devant ses sept autres compagnons du groupe de tête.  

Frédéric Guesdon (source RTBF)

2002- Un partenariat est signé entre ASO (Amaury Sport Organisation), les amis de Paris Roubaix, le conseil général du Nord, les élus de la communauté d’agglomération de la Porte du Hainaut, la communauté de communes Pévèle Carambault et deux lycées professionnels horticoles de la région afin de lancer un vaste programme d’entretien des secteurs pavés. 45000 pavés sont refaits en 13 ans, Paris Roubaix se refait une jeunesse!

2012- Quatrième et dernière victoire du Belge Tom Boonen, il arrive en solitaire sur le vélodrome de Roubaix après une échappée de plus de 50 kilomètres.    

Tom Boonen

2014- Après 20 ans de disette d’un vainqueur du Tour de France sur l’épreuve, l’un d’eux décide de pointer son nez. Il s’agit de Bradley Wiggins, lauréat du Tour de France 2012. Il termine à la 9éme place de «l’Enfer du Nord ». 

«A l’étranger, on parle de deux courses: Paris-Roubaix et le Tour de France» Christian Prud’homme 

Paris Roubaix et ses vainqueurs

Bien que Paris Roubaix soit une classique Française, elle est dominée par le cyclisme Belge et même très largement avec 57 victoires au compteur contre 28 victoires pour les Français et 13 pour les Italiens.

Principaux vainqueurs étrangers

Roger de Vlaeminck: le «Gitan» de son surnom, l’emporte à 4 reprises sur Paris Roubaix en 1972, 1974, 1975 et 1977. 

Tom Boonen: Lui aussi il fait parti du club très fermé de ceux qui ont gagné 4 fois «l’Enfer du nord», il gagne en 2005, 2008, 2009 et 2012. 

Eddy Merckx: Et oui le «Cannibale» comme on le surnomme à tout gagné dans sa carrière  même Paris Roubaix n’y a pas échappé et à 3 reprises s’il vous plait!! 

Eddy Merckx

«Le haut du pavé se retrouve toujours sur les pavés du haut» Antoine Blondin

Principaux vainqueurs Français 

Octave Lapize: C’est le premier coureur cycliste à s’imposer 3 fois à Paris Roubaix et en plus 3 années d’affilées de 1909 à 1911.

Gilbert Duclos Lassalle (ndlr:Le préferé du rédacteur en chef): Gibus de son surnom il a remporté 2 fois la classique en 1992 où il s’impose en solitaire et en 1993 au sprint face à Franco Ballerini.  

Gilbert Duclos-Lasalle

Marc Madiot: Avant d’être directeur sportif de la Française des jeux, il fut un coureur cycliste émérite en remportant notamment 2 fois Paris Roubaix en 1985 et 1991 

Marc Madiot

Bernard Hinault: Le «Blaireau» lui aussi à tout gagné et même Paris Roubaix dont il dit qu’elle est une hérésie! Il l’emporte lors de l’édition 1981 au sprint devant ses compagnons d’échappée. Durant la course il a été 3 fois à terre, un dur au mal notre Bernard national!   

Les chances Françaises pour Paris Roubaix 2020 (s’il a lieu!)

Cela va être rapide cela fait bien des années que nous n’avons pas eu de Français capable de remporter Paris Roubaix, la dernière victoire Française date 1997 avec Fréderic Guesdon. Depuis ce temps là aucun coureur Français n’a été capable de s’imposer. A mon avis pour cette édition nous n’avons toujours pas de favoris mais 3 coureurs tout de même semblent se détacher du lot! 

 Adrien Petit: Il a terminé à deux reprises dans le Top 10, 10éme en 2016 et 9éme en 2017, depuis il n’a pas confirmé ses bons classements. Il à 29 ans cette année, c’est le moment pour lui de confirmer après il sera un peu tard…

Adrien Petit

Arnaud Démare: Un très bon sprinteur et à l’aise sur ce genre de classiques, il termine une fois 12éme en 2014 et une fois 6éme en 2017 de Paris Roubaix, il semble lui manquer la distance, il faut dire que 257 kilomètres ce n’est pas rien… A 28 ans il arrive à maturité, s’il supporte la distance cela peut être un redoutable adversaire, notamment s’il arrive à Roubaix dans un petit groupe avec sa pointe de vitesse, il pourrait tout à fait l’emporter!

Arnaud Démare

Florian Sénéchal: Il monte en puissance doucement 17éme en 2015, 12éme en 2017 et 6éme l’an dernier, il semble promis à un bel avenir sur cette classique surtout qu’il a l’équipe pour; la Deceuninck-Quick Step, une machine à gagner des classiques! A 26 ans il pourrait bien devenir un des futurs favoris de Paris Roubaix, à lui de confirmer tout son talent!

Florian Sénéchal (en bleu)

«Tous les coureurs qui finissent cette course sont des héros, pas seulement le vainqueur» Christian Prud’homme 

Paris Roubaix est l’une des courses de l’année à ne pas manquer avec le Tour de France et le Tour des Flandres. A chaque fois elle ne manque pas de suspense et le scénario n’est jamais écrit à l’avance, une crevaison ou bien une chute est si vite arrivée sur les pavés! En tout cas ce qui est sûr, c’est que beaucoup de coureurs rêvent de soulever le pavé! En espérant que ca soit un Français!  

Julien Royer

Film: La légende ! « le pavé qui sépare les faibles des forts »

Print Friendly, PDF & Email