search instagram arrow-down

Abonnez-vous gratuitement

Chaque jeudi vous recevrez notre lettre d'info avec les derniers articles mis en ligne.

Suivez-nous

Contact rédaction

Tél: 07 69 80 97 95

Courriel: ingapmag@gmail.com

 

Abonnez-vous gratuitement

Chaque lundi vous recevrez la lettre d'info avec les derniers articles.

Contact rédaction

0769809795

Suivez-nous

Mentions légales

Archives

Apprentissage : Un sésame pour l’insertion professionnelle

A l’initiative des Chambres de Métiers et de l’Artisanat, l’ URMA (ndlr : Université Régionale des Métiers et de l’Artisanat) organisaient des journées portes ouvertes dans les CFA  ou Centres de Formation des Apprentis régionaux (ndlr: les journées ont été annulées pour cause de covid-19). la voie de l’apprentissage reste une chance pour former de futurs professionnels riches de savoir faire, en école de l’excellence.

Des structures dédiées à la formation des professionnels

Les campus sont un bel outil au service de l’avenir des jeunes. Riches de 40 ans d’expérience au service des apprentis et des entreprises elles proposent 107 formations du CAP au BACCALAURÉAT + 5.

Chaque année 6 000 apprentis apprennent un métier porteur de débouchés. Ces formations adaptées aux besoins des entreprises justifient un partenariat avec 5 000 d’entre elles, dans toute la région. En pointe le CFA régional Gapençais propose cinq pôles: Auto/moto, Bâtiment, Coiffure, Métiers de bouche, Vente/Commerce/Management et Gestion d’entreprises).

Étayée, leur carte des formations part de l’alimentation et la gourmandise vers la cuisine et la restauration. Les jeunes gens peuvent devenir des professionnels de l’aéronautique et de la maintenance industrielle. En complément les domaines de l’art, la décoration, le bâtiment et l’éco-construction suivent le cursus de beauté, soins et des services à la personne. Actuellement, la branche commerce, gestion, management, comptabilité et secrétariat relève du secteur tertiaire. La maintenance automobile et la carrosserie sont proposées ainsi que les métiers de la mer.

Des métiers fondamentaux valorisés

Caramel… miam miam !

Formation pratique et théorique à la fois l’apprentissage permet aux jeunes de 16 à 29 ans révolus de se former en dehors d’un parcours scolaire général. Son principe est de préparer un diplôme, tout en travaillant en entreprise. Sa forme juridique passe par un contrat de travail rémunéré alternant des périodes d’enseignement en centre de formation et des stages en entreprise. Fondamentale, la conscience du travail de qualité est une des valeurs de l’enseignement professionnel. Jacques Meyer directeur du site Gapençais insiste sur une pédagogie des projets liés à la valorisation des métiers. Cet objectif est au cœur de la motivation des apprentis.

Formation pratique et théorique à la fois l’apprentissage permet aux jeunes de 16 à 29 ans révolus de se former en dehors d’un parcours scolaire général. Son principe est de préparer un diplôme, tout en travaillant en entreprise. Sa forme juridique passe par un contrat de travail rémunéré alternant des périodes d’enseignement en centre de formation et des stages en entreprise. Fondamentale comme la fierté ouvrière l’amour aillé à la conscience du travail de qualité est une des valeurs de l’enseignement professionnel.

Témoignages…

Comme Laurie la plupart d’entre eux préfèrent la vie active aux cours longs et ennuyeux du système scolaire. D’ ailleurs celui-ci ne permet pas à l’ensemble des élèves de trouver leur place… D’ après une jeune femme formée l’avantage combiné de l’expérience et du diplôme facilite l’insertion dans la vie active. Concentré sur sa découpe de polenta Seydou prépare en toute modestie un concours d’excellence culinaire. Il juge l’apprentissage tel un moyen d’intégration. En seconde chance il se donne à fond en son projet de devenir un grand chef. L’ambition de faire quelque chose de sa vie est le moteur de sa motivation, commun aux autres apprentis.  

Ecole d’excellence porteuse de valeurs humaines, les campus de l’ URMA conduisent la jeunesse vers un réel et surtout prometteur avenir. En creux la fierté de l’ouvrier si malmenée s’en trouvera renforcée ou tout bonnement retrouvée… Demandeuses de personnels qualifiés, les entreprises ont besoin de la combinaison des indispensables savoir faire et savoir être des salariés, clé de leur développement. Au vu de cette réalité  il convient de rejeter les préjugés négatifs ou réducteurs sur la voie de l’apprentissage.

un prix d’honneur décerné:

« Mademoiselle apprentie »

à Coralie Burgarella.

C’est Chantal Garcin Présidente de la Chambre des métiers et de l’artisanat pour le département, qui est venue lui remettre le sésame accompagné d’un chèque de 250 euros et de quelques cadeaux ajoutés par le directeur du Campus, Jacques Meyer. La jeune femme de 21 ans, fan et joueuse de rugby, ne rêve pas sa vie mais vit pour accomplir ses rêves. D’abord vendeuse à la boulangerie des Dauphins, Coralie s’est laissée séduire par les gâteaux et s’est engagée dans un contrat d’apprentissage en pâtisserie.

Des parents émus et fiers. (Photos: Leo Artaud)

Elle à les pieds sur terre, les mains dans la pâte et la tête autour du monde qu’elle voudrait parcourir afin de faire découvrir les spécialités françaises mais également d’importer d’autres recettes d’ailleurs. Son employeur lui a promis de l’engager en CDI à la fin de son apprentissage dans quelques semaines.

Pascale Escallier

Print Friendly, PDF & Email